Ayiti Pou Ayisyen

Nous décodons l'info

Nous décodons l'info

humaaans/standing-2Created with Sketch.
humaaans/standing-3Created with Sketch.

Financement participatif ou crowdfunding: une alternative envisageable pour le secteur des affaires haïtien?

Haïti est un pays où le problématique de l’accès au crédit fait rage et paralyse amplement l’évolution de son secteur financier. Ce problème reste encore plus grave du fait qu’il n’existe pas jusqu’à date de banque de financement et d’investissement sur le territoire haïtien.

Financement participatif ou crowdfunding: une alternative envisageable pour le secteur des affaires haïtien?  image

Credit Image: Africafeeds.com

Haïti est un pays où le problématique de l’accès au crédit fait rage et paralyse amplement l’évolution de son secteur financier. Ce problème reste encore plus grave du fait qu’il n’existe pas jusqu’à date de banque de financement et d’investissement sur le territoire haïtien.

Par ailleurs, il existe de très bons projets de création d’entreprise qui sommeillent encore dans des tiroirs et qui n’arrivent toujours pas à faire surface, plus particulièrement ceux ayant rapport aux projets de création de TPME (Très Petite et Moyenne Entreprise).

Suivant le rapport « Doing Business » de 2020, Haïti est classée 179e sur 190 pays, Il faut souligner une certaine amélioration par rapport à l’année précédente 182e/190. En ce qui concerne notre travail dans le cadre de cet article basé sur la problématique d’obtention de crédit en Haïti, nous enregistrons un score de 35 soit un écart de score de 17 de moins par rapport à la moyenne des autres pays de la région de l’Amérique Latine et la Caraïbe, ce qui nous met en 144e position, dernière dans cette catégorie d’évaluation (voir l’infographie ci-dessous).

jackson2

Tenant compte de notre faible performance dans ce rapport par rapport aux autres pays de la région, Il serait clairvoyant et avantageux de développer d’autres moyens et sources de financement dans l’économie haïtienne, dont le crowdfunding en est une alternative viable.

Il est encore appelé « financement participatif », «financement par la foule ». Il permet aux entrepreneurs, aspirants entrepreneurs de collecter des fonds pour le compte de leurs projets d’affaires/entreprises. Ce type de financement peut se faire via plusieurs organismes, ils peuvent être soit des personnes physiques ou des personnes morales, des associations ou des fondations etc…

Ce mode de  financement se négocie sur un plateau entre trois parties, semblable au crédit-bail. Celui-ci se fait entre trois parties: le porteur de projet, l’investisseur et le gérant du site de l’internet. Qui a un certain niveau de la chaine s’érige en conseiller auprès des porteurs de projets afin de les permettre de  mener à bien leurs  idées d’affaires et de maximiser au mieux leurs chances de réussite.

Ce financement peut être configuré sur différentes formes. Premièrement , il peut être configuré sous forme de prêt. A ce niveau, le porteur de projet bénéficie de fonds venus de l’un des différents organismes économiques préalablement cités. Le bénéficiaire est tenu de  rembourser ce montant  avec ou sans intérêt compte tenu des clauses du contrat.

Il peut se faire également sous forme de récompense, cela implique  que le porteur de projet aura à  récompenser son/ses financeur(s). À un certain niveau, cette récompense pourrait se faire en espèce ou de manière symbolique.

Dans le cadre du financement sous forme de don, une fois  le  fond collecté, l’entrepreneur n’a aucune redevance envers ses financeurs et en tout dernier lieu l’équité crowdfunding qui permet au financeur d’avoir des parts au sein de l’entreprise financé directement ou indirectement.

Le crowdfunding est une forme de financement adaptée aux pays en voie de développement et aux pays pauvres, tel n’est plus le cas aujourd’hui puisqu’ils sont légion les pays développés à faire recours à ce moyen de financement afin de tirer leur épingle du jeu; à tel enseigne, la dernière campagne électorale du 44e président des USA en la personne de « Barack Hussein Obama II » a été financée jusqu’à concurrence de 150 millions de dollars par crowdfunding.

Pour les Etats Unis, le puissant renommé magazine Forbes anticipe déjà un marché de 1000 milliards de dollars d’ici 2020. La première puissance économique mondiale s’est érigée en leaders dans ce domaine d’activité avec 59% des sommes levées au niveau mondial.

En France, pour l’année 2018, le financement participatif continu sa progression (402 millions d’euros) soit une croissance de 20% par rapport à 2017 etc.

Entre autres, ce qu’il faut comprendre, ce type de financement est utilisé même par les pays les plus développés de la planète et par des personnalités même les plus inattendues

Ce type de financement offre plusieurs avantages, il permet aux porteurs de projet, aspirant entrepreneurs ou entrepreneurs de tester le marché tout en atténuant son niveau de risque. Non seulement c’est un moyen efficace qui permet de savoir si son projet correspond aux attentes du public mais aussi il permet de bénéficier  d’une étude de marché ciblée suivi d’une campagne de communication gratuite. 
Cette pratique permet de construire une communauté tout autour de son projet, d’un autre coté cette même communauté servira de medium de publicité aux projets qu’elle soutient et peut aussi avoir un effet de levier et de marketing pour le projet. Et en définitive il permet le financement de projet dans les meilleurs délais par rapport aux financements classiques.

Définitivement tous porteurs de projets, entrepreneurs, disposant de ce moyen de financement ont tout à gagner même si la collecte de fond n’aboutit pas, dans le sens qu’ils bénéficient de la consultation et d’accompagnement gratuit, de l’expérience et aussi savent pourquoi leurs projets n’aboutissent pas et en tirent leçons. 

Aujourd’hui il faut comprendre pourquoi il faut agir en conséquence et ceci dans les meilleurs délais.

En se basant sur les derniers rapports publiés, que ce soit par le FMI (Fond monétaire international), la BM (banque mondial), de la CENUCED (La Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement), le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), Haïti se trouve toujours en de mauvaise passe.

L’accès au crédit en est un point culminant, il reste et demeure un poids lourd difficilement transportable par les entrepreneurs et aspirants entrepreneurs.

Il est grand temps de comprendre combien important serait l’intégration d’autres types de financement  au sein de l’économie haïtienne.

Donc il revient aux concernés/autorités du secteur financier haïtien de faire le nécessaire, de comprendre l’ampleur des enjeux, de créer le cadre légal, d’emboiter le pas, de faire la promotion d’autres types de financement innovant afin de favoriser l’émancipation de l’économie haïtienne, de booster au plus haut niveau la facilitation d’obtention de crédit, la création d’entreprise et du coup réduire à son plus simple exposant l’atonie du secteur financier haïtien.


Webographie

www.Financeparticipatif.org

www.leguideducrowdfunding.com

www.undp.org

www.blog.bolden.fr

www.fournisseur-energie.com

www.fmi.org

www.issuu.com

www.findevgateway.org

www.banquemondiale.org

Par:   Joe Jackson

Partagez sur vos reseaux: