Ayiti Pou Ayisyen

Nous décodons l'info

Nous décodons l'info

humaaans/standing-2Created with Sketch.
humaaans/standing-3Created with Sketch.

Banditisme d’État : Izo et sa bande 5 Secondes, des alliés de circonstance de Jovenel Moise

Mettre hors d’état de nuire la bande à Izo pour le gouvernement serait comme se tirer une balle au pied. Cela conduirait à une méfiance et peut être un revirement des autres gangs qui jusque-là font du très bon boulot en terrorisant et en gardant sous contrôle la population des quartiers défavorisés.

Banditisme d’État : Izo et sa bande 5 Secondes, des alliés de circonstance de Jovenel Moise image

Credit Image: Page Facebook de la PNH

Dans ce qui suit, nous allons analyser les retombées positives pour le pouvoir en place des actes de banditisme des gangs de Village De Dieu et des autres zones de non droits du pays. Pour commencer, faut-il rappeler que le PHTK ayant à sa tête Michel Martelly et Laurent Lamothe, a dilapidé la plus grande partie des 3 milliards de dollars venant du programme PétroCaribé octroyé à Haïti par le Venezuela pour l’aider à se refaire une santé économique ? Faut-il aussi rappeler que Jovenel Moise a été choisi par Michel Martelly et sa clique pour garder le pouvoir de façon à éviter qu’un jour, ceux qui se réclament du groupe des « Bandi Legal» soient appelés à rendre compte de ces fonds dilapidés devant la justice haïtienne?

Depuis plus de 2 années, ce qui a commencé sur la toile comme un coup de gueule de quelques jeunes internautes, a enflammé la société haïtienne. Le hashtag #KoteKòbPetwoKaribeA a été repris dans toutes les couches de la société haïtienne. Ce qui a conduit à des manifestations massives contre le régime en place. Le mouvement a pris naissance au sein de la classe moyenne et a été suivi par les couches les plus défavorisées inévitablement.

Comme d’habitude, le pouvoir en place a utilisé la Police Nationale comme bras armé pour mater les manifestants. De ce fait, les gens venant de ces quartiers pauvres de la république n’ayant vraiment rien à perdre, donc rien à foutre, ont réagi de façon proportionnelle aux agressions du pouvoir en place.

Ce qui a conduit à des journées (6 – 7 Juillet 2018), des mois (Octobre – Décembre 2018) de « pays locks ». Bien sûr, il se pourrait qu’il y ait eu aussi une contribution de quelques personnes de l’élite financière corrompue et de quelques membres venant de la branche nauséabonde de l’opposition politique (dit opposition traditionnelle). Toutefois, ce qui est certain, c’est qu’il a fallu que des jeunes sans passé, ni présent, encore moins d’avenir aient pu rejoindre les manifestants pour secouer le pouvoir médiocre et corrompu se trouvant à la tête du pays.

Le pouvoir ayant compris tout cela, a poussé les gangs armés avec lesquels il entretenait déjà des relations à se fédérer en une association de gangs, le G9. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le responsable du Conseil Nationale de Désarmement, Démantèlement et de Réinsertion qui déclara au cours d’une entrevue qu’il est celui à avoir conseillé aux gangs de former le G9 (« J’ai les images sur mon téléphone »).

Une semaine après, dans une tentative de légitimer la confédération des gangs, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans un rapport au Conseil de sécurité sur la situation d’Haïti eut à déclarer à son tour que le renforcement du contrôle de la fédération des gangs armés, le G9, dans certaines régions de la zone métropolitaine de Port-au-Prince a fait baisser de 12 % le nombre d’homicides volontaires.

Pas besoin d’avoir un QI de 140 pour comprendre que cette confédération est le fruit des efforts diaboliques du pouvoir en place et du CORE group afin de casser les mobilisations qui menaçaient de chasser le PHTK à la tête du pays.

S’il y a des statistiques que Mr Guterres n’a pas daigné mentionner, c’est la diminution considérable du nombre de manifs contre le gouvernement en place depuis la création du G9.

Le rôle principal du G9 est de contrôler les quartiers défavorisés de façon à empêcher à la population habitant ces zones de rejoindre les mouvements de contestations. Il faut barrer la route aux esclaves des champs, les esclaves de maison ne sont pas assez motivés pour faire le boulot jusqu’au bout.

Maintenant, revenons à l’actualité. Alors que le groupe à Izo et Manno du Village de Dieu vient d’humilier la Police Nationale et tout le pays par ricochet (découpant en morceaux les policiers SWAT qui se sont aventurés dans la zone contrôlée par ces bandits), nous nous demandons quand est-ce que le pouvoir inconstitutionnel / illégal / de facto de Jovenel / Jouthe va-t-il se décider à mettre fin aux jours (à des mois) de gloire du gang 5 Secondes ?

Hier soir (16 Mars 2021), à la surprise de ceux et celles qui s’attendaient à un minimum de décence de la part des autorités haïtiennes (Il y en a qui continue à rêver …), nous avions vu défiler aux Champs de Mars le char blindé qui a été capturé par les bandits pendant l’opération qui a couté la vie à près de 5 policiers de la SWAT. La PNH sans scrupules aucuns, nous déclara que dans le cadre d’une OPERATION SPECIALE (opération spéciale mon cul!) dans la nuit le véhicule blindé a été récupéré.

Le pouvoir en place profite aussi de la situation pour attaquer certains de ces opposants politiques. Après la défaite sanglante des SWAT, la police nationale par le biais du représentant du syndicat de la Police Nationale instauré par le pouvoir (SYNAPOHA) accusa un inspecteur de la PNH d’avoir saboté l’opération. Les partisans du régime ont aussitôt repris en boucle ces accusations tout en précisant qu’il existerait un lien entre l’inspecteur accusé et Réginald Boulos. Les policiers n’auront vu que du feu. Ce matin, énervés, certains sbires du pouvoir ont attaqués et mis le feu à l’Universal Motors, propriété de Réginad Boulos.

Entre nous, demander à des bandits de chasser des bandits est un peu délirant aussi. Mais ce n’est pas parce que c’est mon kidnappeur que je ne vais pas lui demander de me donner à manger s’il ne veut pas encore me libérer. Pendant que les bandits au pouvoir sont encore là, ils prélèvent encore nos taxes et nos impôts. Ils ont aussi la responsabilité de combattre les autres bandits.

Cependant, si vous avez compris tout ce que nous avions dit plus haut, vous comprendrez que mettre hors d’état de nuire la bande à Izo pour le gouvernement serait comme se tirer une balle au pied. Cela conduirait à une méfiance et peut être un revirement des autres gangs qui jusque-là font du bon boulot en terrorisant et en gardant sous contrôle la population des quartiers défavorisés.

De ce fait, Jovenel Moise va continuer à aboyer ses menaces à l’encontre des bandits de Village de Dieu derrière son écran jusqu’à ce qu’il puisse reprendre le discours qu’il a trainé pendant tout son mandat. Vous l’auriez compris : courant 24/24.

Par:   Boukman Duty

Partagez sur vos reseaux: